how-to-survuve-your-child-going-to-uni

Un lit vide tous les soirs, une assiette en moins à table, une absence qui se fait sentir… Eh oui, ce qui est arrivé devait arriver pour vous parents. Votre enfant (plus si enfant que ça) a quitté le nid. Il/Elle commence à voler de ses propres ailes dans sa nouvelle vie étudiante. Les dix-huit années sont déjà passées et vous vous souvenez comme si c’était hier du jour de sa naissance, de ses premiers pas et de tout ce temps passé à lui rappeler de bien travailler à l’école pour réussir ses études et avoir le métier dont il rêve.

Et maintenant, ça y est. Un nouveau chapitre de votre vie a débuté : il/elle a quitté le cocon familial pour entamer sa vie d’adulte, la concrétisation d’une bonne éducation. Vous avez réussi. Et pourtant, voir son enfant quitter la maison et prendre son envol peut être effrayant. Lâcher prise,  tous les parents doivent passer par ici, et ceci est tout à fait normal. Alors nous sommes ici pour faire de ce moment difficile un moment (plus ou moins) agréable.

Agir en avance

Sachez tout d’abord qu’il y a des moyens de prévenir ce syndrome du nid vide. Quelques mois avant son départ, commencez à lui laisser gérer son planning, de ses rendez-vous médicaux aux tâches administratives (comme l’inscription à la fac !).

Il est aussi bon de commencer à prendre du temps pour soi en dehors du cadre familial, particulièrement si vos enfants sont grands et peuvent se gérer seuls. Avoir des loisirs, voir ses amis, est primordial. Et après tout, pourquoi ne pas profiter de cette absence pour redécouvrir votre couple, ou redécouvrir l’amour, tout simplement ? Une nouvelle vie s’offre à vous, profitez-en ! Cela vous aidera à mieux supporter la rupture qui se créée après le départ.

Un nouvel espace 

Un enfant de moins, une pièce en plus ? Ne le niez pas, vous y avez pensé. Fan de fitness ou besoin d’un nouveau dressing (sur ce point, nous avons de quoi vous aider), un enfant qui s’en va signifie une pièce supplémentaire ! Donnez libre court à votre imagination et réorganisez votre intérieur comme bon vous semble. Après tout, qui sera là pour vous dire le contraire ?

Lâcher prise

Plus facile à dire qu’à faire, mais c’est pourtant vrai. Leur envoyer 5 messages par jour ou réactualiser leur page Facebook ne fera que compliquer les choses. Non seulement, il/elle sera vite agacé(e), mais en plus  vous vous gâcherez la vie à vous ronger les sangs alors que de nouvelles portes s’ouvrent à vous. Tout est une question d’équilibre, entre la présence rassurante et le papa ou la maman poule.

Enfin, pensez positif : moins de courses, plus de temps dans la salle de bain  et enfin du calme dans la maison. Si la solitude est belle et bien présente, vous avez réussi votre mission. Votre enfant vit indépendamment et est capable de s’épanouir tout seul, n’est-ce-pas la plus belle des récompenses ?

Pour conclure, c’est une étape naturelle de la vie, tous les parents passent par là. Pour autant, vos enfants auront toujours besoin de vous, ne vous en faites pas (particulièrement pour les fins de mois).

Share: